lundi 13 août 2012

9 clés pour s'estimer !

Changer une seule des pièces du problème provoquera des réactions en chaîne et vous apprendra une manière d'agir que vous reproduirez ensuite. Les neuf clés de l'estime de soi sont :

Clé n° 1 : se connaître
Cela concerne aussi bien le regard que vous portez sur vous-même que la manière dont vous vous présentez aux autres. Il s'agit de prendre conscience de ses capacités et de ses limites. Pour cela, on peut se baser sur 4 points :
- tout ce qui est connu de vous et de votre entourage ;
- ce que les autres savent de vous, sans que vous en soyez clairement conscient ;
- tout ce que vous connaissez de vous mais que les autres ignorent ;
- tout ce que la personne n'a pas encore révélé d'elle-même et que son entourage ne pressent pas non plus.
L’objectif est de transformer les trois derniers points en premier point. C'est-à-dire qu'il est nécessaire d'écouter systématiquement et même de solliciter l'avis des personnes de son entourage.

Clé nº 2 : s'accepter
Il n'est pas nécessaire d'être sans défauts pour avoir une bonne estime de soi donc j’arrête de placer la barre trop haut, de viser la perfection.

Clé nº 3 : être honnête envers soi
On a parfois la tentation de nier ses émotions pour des raisons d'estime de soi mal placée : ne pas avouer qu'on a peur, qu'on est contrarié ou triste, fait certes partie des convenances sociales. Cependant, derrière celles-ci, on trouve bien souvent des problèmes d'estime de soi. On veut surtout ne pas perdre la face en avouant des émotions. Vous vous estimez plus quand vous ne jouez pas avec vous-même.

Clé nº 4 : agir
Les actes sont la gymnastique d'entretien de l'estime de soi. Passer à l'action dans un domaine modeste pourra vous aider, comme un échauffement, à vous mettre ensuite à un travail plus exigeant. Il ne sert à rien de changer uniquement dans sa tête. À la limite, toute décision de changement devrait se traduire par un geste dans la minute qui suit, comme prendre son téléphone, sortir immédiatement de chez soi, faire un courrier, etc.

Clé nº 5 : faire taire le « critique intérieur »
Ce sont toutes les pensées essentiellement critiques que nous nous adressons à nous-même. Il s'agit souvent d'un discours parental intériorisé, conséquence de ce que nous avons entendu lorsque nous étions enfant. Il en existe plusieurs sortes selon que nous nous situons avant l'action (à quoi bon ?) ou après (c'était nul). Nous pouvons faire face à ce critique intérieur en en prenant d'abord conscience. Ensuite, prenez l'habitude de vous poser les bonnes questions sur les pensées présentes à votre esprit dans ces moments-là :

- Cette pensée est-elle réaliste ?
- Est-ce qu'elle m'aide à me sentir mieux ?
- Est-ce qu'elle m'aide à mieux gérer la situation ?
- Est-ce qu'elle m'aidera à mieux faire face la prochaine fois ?

Clé nº 6 : accepter l'idée de l'échec
Pour changer il faut agir, donc prendre le risque d'échouer et de modifier sa façon de voir les choses. Prenez pour vous la philosophie de Thomas Edison qui a créé l’ampoule électrique :
« Je n’ai pas échoué, j’ai trouvé 10 000 façons qui ne fonctionnent pas. Je ne me décourage pas car chaque tentative échouée est un pas en avant vers la réussite. »

Clé nº 7 : s'affirmer
Oser exprimer sa vérité interne tout en respectant son interlocuteur est la seule attitude qui ne présente que des avantages. Savoir refuser, dire non est une nécessité. Notre oui n'a de sens que si nous pouvons dire non.

Clé nº 8 : être empathique
L'empathie, c'est la capacité d'écouter et de ressentir le point de vue des autres, de chercher à les comprendre et de les respecter, même si l'on n'est pas totalement d'accord avec eux. Lorsqu'elle est authentique, l'empathie est un puissant moteur du développement de l'estime de soi. Elle nous permet de rester proche des autres, d'être apprécié d'eux et de nous affirmer également plus facilement.

Clé nº 9 : s'appuyer sur le soutien social
Le soutien social est constitué de l'ensemble des relations que nous entretenons avec les personnes de notre entourage et de l'aide que nous en retirons.
Ce soutien se compose du soutien d'estime (on sait que tu es quelqu'un de bien), du soutien affectif (on t'aime), du soutien matériel (on va t'aider), du soutien informatif (voici l'information qui va te rendre service). Il va apporter deux nourritures précieuses à l'estime de soi : le sentiment d'être aimé et aidé.

Les stratégies du changement : à vous de jouer

Transformez vos plaintes en objectif en modifiant la formulation des choses. Pour cela, il vous faut vous demander quel besoin se cache derrière votre plainte, donc rechercher une solution à cette plainte.
Choisissez des objectifs adaptés, c'est-à-dire des objectifs qui dépendent de vous, qui peuvent être répétés régulièrement, qui sont réalistes, précis et qui présentent un réel intérêt pour vous.
Procédez par étapes. Il est bon de réfléchir à la notion d'étapes intermédiaires entre votre point de départ et votre objectif, donc entre la réalité et votre rêve ou but.

Pour laisser un commentaire, vous avez simplement à cliquer ci-dessous sur "Comment". C'est à vous !

Vous avez aimé cet article ? Merci de le partager !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...